Déclaration des journées d’activités populaires contre le G8 de Deauville


En contre point au sommet fermé et oppressif du G8 à Deauville, en commémoration de la marche historique des leaders africains à l’indépendance pour l’unité africaine et dans le cadre des activités de l’Espace Thé Politique, la CAD-Mali en synergie avec les mouvements sociaux maliens et africains ont organisé du 25 au 27 mai 2011 des Journées d’activités populaires à son siège à Bamako.

Le consensus de Washington, l’agression coloniale perfide contre le peuple souverain de la Libye, le bilan de la mondialisation des résistances et des alternatives, les nouvelles actions de solidarité internationale des peuples, le fardeau de la dette et les échecs des privatisations au Mali, l’assurance maladie obligatoire (amo), les élections de 2012, la construction d’une autre conscience citoyenne et populaire ont été entre autres les points saillants de ces Journées.

  • Considérant le caractère anti démocratique du G8, son incapacité à reléguer la menace nucléaire et les crises financières, économiques, environnementales et migratoires qu’ il a provoqué et entretenu, sa volonté de faire obstacle à l’autodétermination des peuples par la récupération des révoltes populaires au Moyen Orient et au Maghreb, fruit de l’application des politiques néolibérales imposées par le FMI, la Banque Mondiale et l’OMC ;
  • Considérant que la présence du FMI à cette rencontre justifie la volonté manifeste de préparer le surendettement et la mise sous contrôle des économies des pays en révolte et en crise (Tunisie, Egypte, Grèce, Espagne, Côte d’Ivoire, Niger, Guinée Conakry...) ;
  • Considérant que le consensus de Washington est le prolongement de la violation des droits humains à travers la croissance de la marchandisation de la vie et des biens communs, de l’attaque contre l’Etat social par l’imposition des PAS, FASR, PPTE, CSLP, CSCRP, OMD… ;
  • Considérant que l’agression coloniale déloyal contre le peuple libyen est une atteinte à sa souveraineté et menace dangereusement la paix, la sécurité et la stabilité dans les pays riverains du Sahara ;
  • Considérant que l’assurance maladie obligatoire (amo) est discriminatoire, mercantile, antidémocratique, improvisée et inappropriée ;
  • Considérant que le risque d’une mauvaise organisation générale des élections libres et transparentes en 2012 au Mali constitue une menace réelle pour la stabilité sociale et politique.

Les participants aux journées d’activités populaires en contrepoint au sommet du G8, recommandent :

  • La construction de nouvelles actions de solidarité. Il s’agira d’abord de construire un autre Mali, une autre Afrique sur le principe de l’auto détermination, l’intérêt général, la primauté du droit à la vie et de la réintégration de l’économie dans la société ;
  • Le refus de remboursement des dettes odieuses et illégales et l’élimination des paradis fiscaux ;
  • La régulation de l’économie par les pouvoirs publics ;
  • la renationalisation des sociétés et entreprises d’Etat privatisées ;
  • L’arrêt immédiat et sans condition des frappes de l’OTAN et le retrait de leurs troupes en terre libyenne ;
  • L’arrêt immédiat des prélèvements de l’AMO sur le salaire des travailleurs, le remboursement des sommes déjà prélevées et sa révision avec l’implication de tous les acteurs concernés.

Les participants aux journées d’activités populaires en contrepoint au sommet du G8

Fait à Bamako, le 27-05-2011

Télécharger la déclaration en fichier pdf

PDF - 318.2 ko




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Mcoul | Wara | SPIP