Les Politiques de gratuité des soins de santé au Mali : des obstacles majeurs sont à lever en urgence


Le « Projet de Suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati », une initiative en cours pour rendre accessibles les soins de santé aux populations appauvries.

La continuité de la lutte de la CAD-Mali

Conformément à sa vision, « Un monde démocratique plus juste, solidaire et respectueux des droits sociaux, culturels, économiques, politiques et environnementaux dans lequel l’endettement des peuples se fera avec le consentement des citoyens », la CAD Mali œuvre, depuis plusieurs années, à installer des mécanismes de redevabilité et d’évaluation indépendante autour des politiques publiques du Mali afin d’amener les citoyennes et les citoyens à les influencer dans le meilleur sens possible.

De décembre 2009 à nos jours, l’ONG suédoise Diakonia a apporté un appui constant à la CAD Mali dans le cadre du suivi budgétaire du secteur de la santé.

Pour le financement adéquat des services sociaux de base par les fonds publics (ressources propres en priorité et dettes publiques extérieures).

La CAD-Mali conduit depuis octobre 2012, un contrôle citoyen des politiques de gratuité des soins de santé en complémentarité de celui mené dans les secteurs de l’eau, l’électricité et l’éducation.

Le rationnel de ce projet réside dans l’inter relation existant fondamentalement entre la question du budget et le développement du pays, le lien étroit entre les dettes publiques en faveur du secteur de la santé et l’efficacité dans l’utilisation desdits fonds, la prise en compte des personnes appauvries notamment leur santé.

Le projet, initié par la CAD Mali, s’intéresse spécifiquement à la problématique de l’effectivité des politiques de gratuité des soins de santé (paludisme, tuberculose, césarienne, lèpre, onchocercose, fistules…) dans le cercle de Kati. Il veut capitaliser des informations sur le processus des politiques de gratuité de soins et construire des forces sociales en vue d’une effectivité des droits promus en la matière à travers l’information et des analyses citoyennes participatives.

En cela, l’objectif global est de « Mobiliser les organisations de la société civile et les autorités politiques et sanitaires du cercle de Kati pour l’effectivité des politiques de gratuité des soins de santé en faveur des populations du cercle de Kati ».

La situation sanitaire des femmes et des enfants se traduit par de forts taux de morbidité et de mortalité infantile, juvénile et maternelle. La plupart des décès de nourrissons et des enfants de moins de 5 ans sont causés par des maladies que l’on peut prévenir ou éviter par des interventions à faible. Certaines de ces maladies tel le paludisme chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes sont censées être prises en charge par les politiques de gratuité de soins de santé. Les activités du projet sont suivies de près par un Coach politique mandaté par le Secrétariat National de la CAD-Mali et piloté par un Conseiller en Suivi et Plaidoyer Budgétaire.

Quelle est la stratégie mise en place ?

Elle est bâtie autour des activités ci-après :

  • l’organisation des communautés à la base et leur responsabilisation dans le processus (mise en place de Comités de Suivi à la Base (CSB), sorte de réseaux d’Organisations de la société civile par commune et la tenue de sessions de renforcement de compétences à travers des formations et l’accompagnement technique ; CSB, acteur principal de la mobilisation citoyenne par commune d’intervention ;
  • la recherche de données fiables sur les politiques de gratuité des soins de santé à travers une étude réalisée sur « la mobilisation, la gestion et l’impact des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati » ;
  • la conception d’outils de suivi et plaidoyers budgétaires au profit des acteurs intéressés par un tel exercice dans d’autres zones,
  • le partage des connaissances sur les pratiques en matière de gestion des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé, à travers la tenue d’une table ronde multi acteurs, de sessions de dialogues politiques avec les décideurs publics aux niveaux communal et régional.

Que peut-on retenir déjà du processus des actions du projet ?

Les acquis suivants peuvent être énumérés :

  • Une meilleure connaissance du processus des politiques de gratuité des soins de santé (de la mobilisation des ressources à leur utilisation) : les responsabilités financières, techniques et politiques de chacun des acteurs, les fonds investis, le circuit du ravitaillement en intrants (kits de soins gratuits) sont appréhendés et les niveaux de goulots d’étranglement de ces politiques sont désormais connus.
  • Une population du cercle de Kati plus informée sur les mesures et les cibles de ces politiques, les contraintes : des radios communautaires des communes de Kati, Ouélessebougou tout comme une radio de Bamako ont régulièrement et de façon très engagée diffusé des informations sur ces politiques.
  • Les rôles et responsabilités des acteurs publics et sociaux impliqués, dans le processus des politiques de gratuité des soins de santé sont mieux saisis. Il apparaît des insuffisances majeures en matière d’appropriation et de respect des engagements des acteurs : les collectivités territoriales contribuent très faiblement mettant à rude épreuve la gratuité de la référence évacuation en cas de besoin de césarienne des femmes enceintes.
  • Les centres de santé sont à des hauteurs d’endettement interne inquiétantes du fait de la lenteur des remboursements des frais des actes et du préfinancement des kits de soins.
  • Le nombre de jours de rupture de kits par an de plus de 100 jours/ an pour certaines maladies est connu.
  • Certains patients continuent de payer pour des soins liés aux maladies que les fonds publics sont censés avoir déjà pris en charge.
  • Les données collectées font état de réserves quant à l’opportunité du terme gratuité pour certaines maladies.
  • L’existence d’un groupe de pression outillé en techniques de plaidoyer/lobbying et sur le processus des budgets publics pour l’amélioration du contrôle citoyen à la base.

Que reste t-il à faire ?

Le contrôle citoyen à la base et le niveau des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé doivent être renforcés : un enjeu très important.

C’est une question de justice sociale que de rendre réellement accessibles et gratuits les soins de santé aux couches sociales appauvries. C’est simplement une question de bon sens et de logique que de suivre de près l’utilisation des ressources publiques allouées à la santé même au niveau village.

Un engagement ne vaut que par son respect.

Pour tout ceci, la CAD-Mali et ses partenaires à la base poursuivent le suivi et l’influence du processus des politiques publiques de gratuité des soins de santé à travers :

  • la participation citoyenne au processus de planification, priorisation et contrôle de la gestion des fonds publics ;
  • l’information des décideurs et des partenaires techniques et financiers sur les pratiques en matière de politiques de gratuité des soins de santé ;
  • l’organisation de dialogues politiques entre Organisations de la société civile et décideurs publics (autorités politiques, élus, services techniques de santé).

Par Foussény TRAORE,

Conseiller en suivi et plaidoyer budgétaire
CAD-Mali